Skip to content Skip to footer

Récupérer notre temps, récupérer la plume, récupérer nos vérités : À quoi cela ressemblerait d’écrire nos propres histoires ? 

Récupérer notre temps, récupérer la plume, récupérer nos vérités : À quoi cela ressemblerait d’écrire nos propres histoires ? 

Ce que le célèbre adage, « L’histoire est écrite par les vainqueurs », révèle, c’est que nos histoires recèlent d’« oublis », d’ellipses, que l’on se doit de déterrer afin qu’elles s’érigent finalement en « vérités ». Ainsi, quand j’évoque un sujet, quand j’essaie de le disséquer, je m’engage toujours à creuser dans l’histoire.  

Je vous invite alors, à un rapide saut dans le passé afin de mieux comprendre d’où proviennent certaines inégalités systémiques que les personnes racisées subissent encore dans le milieu de l’emploi. Découvrons ensemble les premières politiques d’immigration canadienne concernant les candidat.e.s au travail venant des pays d’Afrique et des Caraïbes.  

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les mouvements pro-noirs en Amérique du Nord et ceux pour la décolonisation dans plusieurs pays d’Afrique contestent vigoureusement la suprématie blanche et l’organisation hiérarchique raciale (Maynard, 2019). Il n’est plus question de trainer les relents coloniaux. Ces revendications, accompagnées du souci de la création d’un « nouvel ordre mondial » d’après-guerre plus inclusif, encouragent des pays comme le Canada à signer la première convention concernant la loi sur la non- discrimination à l’emploi et à la profession en 1958. De surcroît, afin de s’imposer sur la scène internationale comme une puissance industrielle, le Canada a besoin de main-d’œuvre. Il se tourne vers les pays du sud global et des caraïbes, avec des lois moins restrictives comme celles sur l’immigration en 1962. Dès lors, s’en suit le développement d’une nouvelle ère au Canada, celle du multiculturalisme1 qui constitue l’identité fière, flamboyante de ce Canada des années 60 et 70. En revanche, le racisme fondamental et structurel de l’économie nationale et mondiale de l’avant-guerre, héritée de la colonisation, reste intact à bien des égards, et la deuxième moitié du 20e siècle voit plusieurs hiérarchies raciales anciennes se reconstituer et même s’affermir sous d’autres noms (Maynard, 2019). 

Par exemple, pendant longtemps, un des seuls permis qui autorisait l’immigration légale des femmes racisées venant de pays d’Afrique et des Caraïbes était celui de travailleuse domestique. En ce qui concerne les hommes de ces régions, les programmes promus se restreignaient à ceux de travailleurs saisonniers agricoles. Le multiculturalisme ne s’enquérant ni du niveau d’instruction ni de l’expérience acquise dans le pays d’origine. Un médecin se retrouvait, après des années d’émancipation esclavagiste, encore une fois dans « les champs » pendant que les canadien.ne.s blanches, débarrassées de ces besognes, pouvaient monter les échelons et occuper des postes administratifs, de gouvernance, etc.  

En effet, quand les femmes blanches ont finalement quitté ces métiers de soin non rémunérés qui vint les remplacer ?  

Les femmes immigrantes.  

Quand elles peuvent finalement travailler, s’éduquer, poursuivre une carrière comme les hommes blancs, qui garde les enfants?  

Vers qui se transpose ce poids inhérent au travail domestique non rémunéré ?  

Les femmes immigrantes.  

Et d’autant plus, au Canada, les femmes noires 

Par conséquent, même si les politiques en termes d’immigration ont connu des avancées depuis cette époque de permis restrictifs, l’impact s’est ressenti sur les premières, deuxièmes voire troisième génération de nouveaux.elles arrivant.e.s.  

De plus, quant à la déqualification systématique du niveau d’études et d’expériences hors Canada des nouveaux.elles arrivant.e.s, les changements apportés demeurent toujours minimes. Il n’est pas rare de croiser des chirurgien.ne.s, des professeurs universitaires, des responsables d’entreprises, venant de pays d’Afrique ou des Caraïbes, recommencer au « bas de l’échelle » sans en avoir le choix. Dès lors, ces politiques revêtent au fil des années d’autres terminologies, mais leur essence discriminatoire perdure en créant un fossé entre un « nous » et les « autres ».  

Et c’est la création de ces « autres », confinés à des échelons sociaux considérés « plus bas » qui instaure le racisme systémique. Ces « autres » victimes des effets du racisme systémique, démarrent une vie avec des désavantages, des disqualifications, qui se matérialisent par des politiques d’assujettissement. Des politiques réfractaires ne reconnaissant ni l’expérience dans le pays d’origine, ni les diplômes, ni les qualifications.   

Le racisme systémique demeure là, sournois et pernicieux, se cachant sous des mots comme multiculturalisme, diversité, méritocratie et contribue à la hiérarchisation des humain.e.s dans la société, en se basant sur l’exclusion par la race. Il se dissimule sous des politiques d’intégration bancales qui perpétuent les inégalités et favorisent perpétuellement les mêmes personnes. Il crée les vainqueurs et les perdants et devient une condition sine qua none à cette binarité accablante.   

Dès lors, raviver un passé discriminant permet d’effectuer un travail de mémoire essentiel qui met en lumière les discriminations existantes qui façonnent encore nos histoires. 

_

Fatima Terhini se décrit comme une artiviste principalement préoccupée par les questions féministes, antiracistes et décoloniales. Ces textes sont empreints de la magie des histoires racontées par les femmes qui l’ont précédées. Son diplôme en psychosociologie et son expérience dans le milieu communautaire attestent de sa curiosité et son amour insatiables pour les humain.e.s, les être vivant.e.s et bien évidemment les faits sociaux.  

LEXIQUE 

Discrimination: Fait de séparer un groupe humain des autres en le traitant plus mal ( Dictionnaire, LeRobert)  

Méritocratie : Un modèle méritocratique est un principe ou un idéal d’organisation sociale qui tend à promouvoir les individus — dans différents corps sociaux ; école; université ; grandes écoles; institutions civiles ou militaires ; monde du travail; administrations; État, etc. — en fonction de leur mérite (aptitude, travail, efforts, compétences, intelligence, vertu) et non d’une origine sociale (système de classe), de la richesse (reproduction sociale) ou des relations individuelles (système de « copinage ») (Wikipédia) 

Racisme systémique : Le racisme systémique désigne l’ensemble de la structure sociétale composée d’institutions, de lois et de politiques qui maintiennent un système d’inégalités qui privilégie et opprime différents groupes dans la société selon la « race » qui leur est attribuée. Ces inégalités confèrent des privilèges aux personnes blanches et portent atteinte aux droits des personnes noires, racisées et autochtones (Amnistie Internationale Canada Francophone-AICF) 

Laissez un commentaire

Sign Up to Our Newsletter

Be the first to know the latest updates